Arrêté du 4 février 1926 portant répartition entre l'Etat et les communes des dépenses du chef des traitements payés au personnel enseignant des écoles primaires et primaires supérieures pour l'année 1925, et fixant les retenues pour pension à payer par les communes.

Adapter la taille du texte :

Arrêté du 4 février 1926, portant répartition entre l'Etat et les communes des dépenses du chef des traitements payés au personnel enseignant des écoles primaires et primaires supérieures pour l'année 1925, et fixant les retenues pour pension à payer par les communes.

Le Directeur général des Finances et de l'instruction publique,

Vu l'art. 4 de la loi du 9 août 1921, portant révision des traitements des fonctionnaires de l'Etat, et l'art. 7 de celle du 28 juillet 1925 concernant l'adaptation des traitements et pensions d'Etat au coût de la vie;

Vu le règlement du 6 avril 1922, concernant le mode de répartition des dépenses du chef des traitements payés au personnel enseignant des écoles primaires et primaires supérieures;

Après délibération du Gouvernement en Conseil;

Arrête:

Art. 1er.

Pour l'année 1925, les dépenses du chef des traitements payés au personnel enseignant des écoles primaires et primaires supérieures sont réparties entre l'Etat et les communes, conformément aux indications contenues aux colonnes 7 et 8 du tableau qui fait suite au présent arrêté.

Les sommes figurant à la colonne 8 seront remboursées à l'Etat par les communes, par voie de retenue sur le montant des centimes additionnels communaux, du fonds communal et des autres allocations de l'Etat, conformément à l'art. 13 al. 2 de la loi du 6 mai 1920.

Art. 2.

Les sommes figurant à la colonne 9 du tableau seront versées dans la caisse de l'Etat. Ce versement se fera par l'intermédiaire des receveurs communaux entre les mains du receveur des contributions du ressort.

Art. 3.

Le présent arrêté, suivi du tableau susmentionné, sera inséré au «Mémorial».

Luxembourg, le 4 février 1926.

Le Directeur général des Finances et de l'Instruction publique,

Et. Schmlt.


Retour
haut de page