Arrêté ministériel du 26 octobre 1955 modifiant et complétant celui du 19 février 1955 portant institution des commissions officielles pour les examens de fin d'apprentissage dans l'artisanat, l'industrie et le commerce.

Adapter la taille du texte :

Arrêté ministériel du 26 octobre 1955 modifiant et complétant celui du 19 février 1955 portant institution des commissions officielles pour les examens de fin d'apprentissage dans l'artisanat, l'industrie et le commerce.

Le Ministre du Travail et de la Sécurité Sociale,

Vu l'arrêté grand-ducal du 8 octobre 1945 portant révision de la loi du 5 janvier 1929 sur l'apprentissage spécialement son article 27;

Vu l'arrêté ministériel du 19 février 1955 portant institution de commissions officielles pour les examens de fin d'apprentissage dans l'artisanat, l'industrie et le commerce;

Vu les propositions des Chambres professionnelles;

Arrête:

Art. 1er.

Sont nommés membres des commissions instituées pour procéder aux épreuves de théorie et de pratique professionnelles dans le commerce pendant les années 1955 et 1956:

a) Textiles:
Léonard Joseph, vendeur, Luxembourg, rue de Rollingergrund, 2, en remplacement de M. Ensch J.-P. nommé expert-assesseur.
b) Librairies, papeteries:
Steffen Joseph, employé de bureau, Luxembourg, rue des Gaulois, 45, en remplacement de M. Ensch J.-P., nommé expert-assesseur.
c) experts-assesseurs:
1. Ensch J.-P., employé privé, Luxembourg, Boulevard de la Pétrusse, 38;
2. Goerens Marguerite, employée privée, Luxembourg, rue Alph. München, 30; (électricité);
3. Meyer Edouard, Luxembourg, avenue de l'Arsenal, 1; (graines et semences);
4. Brausch André, Luxembourg, rue Notre-Dame, 23; (garages);
5. Steichen Arthur, Luxembourg, rue Notre-Dame, 34; (instruments de musique).

Art. 2.

Le présent arrêté sera publié au Mémorial; une expédition en sera délivrée à chacun des intéressés pour lui servir de titre et à chacun des présidents des commissions intéressées pour information.

Luxembourg, le 26 octobre 1955.

Le Ministre du Travail et de la Sécurité Sociale,

Nicolas Biever.


Retour
haut de page