Règlement ministériel du 29 mars 1984 modifiant le règlement ministériel du 12 février 1982 réglementant le détail concernant le déroulement des examens pour le diplôme d'Etat d'infirmier ou d'infirmier psychiatrique.

Adapter la taille du texte :

Règlement ministériel du 29 mars 1984 modifiant le règlement ministériel du 22 février 1982 réglementant le détail concernant le déroulement des examens pour le diplôme d'Etat d'infirmier ou d'infirmier psychiatrique.

Le Ministre de la Santé,

Vu le règlement grand-ducal du 31 mai 1977 réglementant les études et les attributions de la profession d'infirmier tel qu'il a été modifié par les règlements grand-ducaux du 13 avril 1981 et du 20 mai 1983;

Vu le règlement grand-ducal du 23 mars 1979 portant réglementation des études d'infirmier psychiatrique et détermination des attributions et techniques professionnelles de l'infirmier psychiatrique, tel qu'il a été modifié par le règlement grand-ducal du 15 février 1984;

Arrête:

Art. A.

Le paragraphe 2 alinéa 2 et le paragraphe 3 de l'article 3 du règlement ministériel du 12 février 1982 réglementant le détail concernant le déroulement des examens pour le diplôme d'Etat d'infirmier ou d'infirmier psychiatrique sont abrogés et remplacés par les dispositions suivantes:

«     

Les examinateurs d'une même épreuve étudient les questions proposées pour leurs branches et formulent leurs observations y relatives. A la suite de ces observations la commission, en décidant à la majorité des voix, retient plusieurs questions pour chaque épreuve écrite. Le secret relatif aux questions posées doit être observé par touts personne concernée. Les notes prises en cours de réunion sont remises au commissaire du gouvernement.

(3)

Le commissaire du gouvernement choisit les questions de chaque épreuve parmi celles qui lui sont proposées par la commission d'examen. Les questions retenues par le commissaire sont mises sous enveloppe cachetée pour chaque épreuve séparément. Chaque enveloppe porte comme inscription la branche, la date, l'heure et la durée de l'épreuve. L'enveloppe n'est ouverte qu'à l'heure indiquée en présence des candidats par le commissaire du gouvernement ou en son absence par un membre de la commission d'examen.

     »

Art. B.

L'article 7 du règlement précité est abrogé et remplacé par les dispositions suivantes:

«     

Art. 7.

-Epreuves pratiques.

(1)

Les épreuves pratiques de l'examen pour le diplôme d'Etat d'infirmier sont examinées par deux membres de la commission d'examen au moins ayant la qualité d'infirmier hospitalier gradué.

Les épreuves pratiques de l'examen pour le diplôme d'Etat d'infirmier psychiatrique sont examinées par trois membres de la commission d'examen au moins, dont un médecin spécialiste en neuropsychiatrie et deux infirmiers hospitaliers gradués. Toutefois les épreuves de soins généraux en pathologie médicale et chirurgicale sont examinées par les seuls infirmiers hospitaliers gradués.

Compte tenu du nombre de candidats à examiner, les membres effectifs et suppléants de la commission d'examen peuvent constituer plusieurs groupes d'examinateurs pour examiner les candidats. La répartition sera telle que pour chaque candidat un des examinateurs sera soit un moniteur, soit un chargé de cours en matière de soins infirmiers de l'école où le candidat fait ses études.

La commissaire du gouvernement charge les examinateurs appelés à apprécier les épreuves pratiques de se concerter sur l'organisation des épreuves et les critères d'appréciation. Il peut leur donner des instructions concernant le déroulement des épreuves.

(2)

Les épreuves pratiques ont lieu dans des services hospitaliers, de préférence dans le service où le candidat est en stage au moment où a lieu l'examen. Les épreuves sont surveillées et cotées par les examinateurs prévus au paragraphe 1 er du présent article.

Il est souhaitable que l'infirmier hospitalier gradué responsable de la classe du candidat et/ou le responsable du service de l'hôpital où se déroulent les épreuves, assistent à l'exécution des soins. Les soins que les candidats doivent effectuer et les malades à qui ces soins seront donnés sont proposés par l'infirmier hospitalier gradué de l'école des candidats et choisis par les examinateurs qui les répartissent entre les candidats. Le plan de soins et l'épreuve de soins sont à effectuer de préférence chez le même malade par un même candidat. Chaque candidat reçoit une fiche de renseignements concernant le(s) malade(s) dont il a la charge.

Chaque groupe d'examinateurs examine au maximum deux élèves par jour. Dans la mesure du possible, ils ne se séparent pas pendant la surveillance.

(3)

Le travail personnel est à mettre à la disposition de la commission d'examen à une date fixée par elle avant le début des épreuves d'examen et communiquée aux candidats par voie d'affichage dans les écoles.

Le candidat qui, sans excuse reconnue valable par la commission d'examen, ne remet pas son travail personnel à la date fixée, se voit attribuer une note insuffisante de un point sur soixante à cette épreuve. Pour son observation, l'élève-infirmier peut choisir un malade d'un service d'hospitalisation de chirurgie, de médecine, de gériatrie, de soins intensifs ou de psychiatrie. L'élève-infirmier psychiatrique peut choisir un malade d'un service d'hospitlisation psychiatrique aiguë ou chronique, d'un service de soins à domicile ou d'un service d'orientation sociale.

Le travail personnel comporte l'observation d'un malade et les soins à lui donner en fonction de ses besoins et des objectifs de soins que l'élève formulera dans son travail. Il doit relever les soins et les observations que l'élève a pu faire lui-même auprès du malade et contenir des réflexions personnelles de l'élève ainsi qu'une critique des soins effectués.

Le travail personnel est corrigé soit par un, soit par tous les examinateurs des épreuves pratiques et présenté oralement par le candidat devant tous les examinateurs des épreuves pratiques le jour de l'examen pratique.

     »

Art. C.

Le présent règlement sera publié au Mémorial.

Luxembourg, le 29 mars 1984.

Le Ministre de la Santé,

Emile Krieps


Retour
haut de page