Règlement ministériel du 9 septembre 1993 portant fixation du taux des cotisations dues à la Caisse de Prévoyance des fonctionnaires et employés communaux pendant l'année 1993.

Adapter la taille du texte :

Règlement ministériel du 9 septembre 1993 portant fixation du taux des cotisations dues à la Caisse de Prévoyance des fonctionnaires et employés communaux pendant l'année 1993.

Le Ministre de l'Intérieur,

Revu son arrêté du 2 septembre 1992 fixant à 35% la contribution totale due par l'Etat et les communes du chef des traitements payés aux affiliés de la Caisse de Prévoyance des fonctionnaires et employés communaux pendant l'année 1992;

Considérant qu'il échet de fixer pour l'année 1993 un taux de contribution qui tient compte de la situation financière actuelle et de l'évolution future des finances de la Caisse de Prévoyance des fonctionnaires et employés communaux;

Vu l'avis du conseil d'administration de la Caisse de Prévoyance des fonctionnaires et employés communaux en date du 9 juin 1993;

Vu les articles 25 et 29 de la loi du 7 août 1912 concernant la création d'une Caisse de Prévoyance des fonctionnaires et employés des communes et établissements publics placés sous la surveillance des communes tels qu'ils furent modifiés par la suite;

Arrête:

Art. 1er.

Pour l'année 1993, les versements que les communes, les établissements publics du secteur communal et l'Etat devront faire à la Caisse de Prévoyance des fonctionnaires et employés communaux sont fixés de la manière suivante:

1. Une contribution annuelle de 20,30% du montant des traitements et autres allocations computables pour les pensions auxquelles les affiliés obligatoires de la Caisse de Prévoyance des fonctionnaires et employés communaux ont légalement droit, est à payer par les organes liquidateurs de ces traitements.
2. Une contribution annuelle de 14,70% de ces mêmes traitements et allocations est à charge de l'Etat.

Art. 2.

Le présent règlement sera publié au Mémorial.

Luxembourg, le 9 septembre 1993.

Le Ministre de l'Intérieur,

Jean Spautz


Retour
haut de page