Règlement ministériel du 31 août 2012 concernant la réglementation temporaire de la circulation sur l'A13 au niveau de la croix de Bettembourg à l'occasion de travaux routiers.

Adapter la taille du texte :

Règlement ministériel du 31 août 2012 concernant la réglementation temporaire de la circulation sur l'A13 au niveau de la croix de Bettembourg à l'occasion de travaux routiers.

Le Ministre du Développement durable et des Infrastructures,

Vu la loi modifiée du 14 février 1955 concernant la réglementation de la circulation sur toutes les voies publiques;

Vu l'arrêté grand-ducal modifié du 23 novembre 1955 portant règlement de la circulation sur toutes les voies publiques;

Considérant qu'à l'occasion du renouvellement de la couche de roulement, il y a lieu de réglementer la circulation dans les bretelles d'autoroute de l'A13 vers l'A3;

Arrête:

Art. 1er.

Pendant l'exécution des travaux, l'accès aux bretelles d'autoroute suivantes est interdit aux conducteurs de véhicules et d'animaux, à l'exception des conducteurs de véhicules et de machines investis d'une mission de gestion et de contrôle du chantier:

Bretelle de l'A13 en provenance de Pétange vers l'A3, direction Metz;
Bretelle de l'A13 en provenance de Pétange vers l'A3, direction Luxembourg.

Une déviation est mise en place.

Cette prescription est indiquée par le signal C,2a.

Art. 2.

La vitesse maximale est limitée à 90 km/heure en cas de pluie dans les bretelles d'autoroutes mentionnées ci-dessus;

Cette prescription est indiquée par le signal C,14 portant l'inscription «90», avec le signal additionnel portant l'inscription «en cas de pluie».

Art. 3.

Les infractions aux dispositions du présent règlement sont punies conformément à l'article 7 de la loi modifiée du 14 février 1955 concernant la réglementation de la circulation sur toutes les voies publiques.

Art. 4.

Le présent règlement entre en vigueur le 21 septembre 2012 jusqu'à l'achèvement des travaux.

Luxembourg, le 31 août 2012.

Le Ministre du Développement durable et des Infrastructures,

Claude Wiseler


Retour
haut de page