Arrêté ministériel du 25 septembre 1956 concernant le repeuplement des cours d'eau affectionnés par les salmonidés.

Adapter la taille du texte :

Arrêté ministériel du 25 septembre 1956 concernant le repeuplement des cours d'eau affectionnés par les salmonidés.

Le Ministre de l'Intérieur,

Vu l'article 33 de la loi du 21 mars 1947 concernant le régime de la pêche dans les eaux indigènes;

Vu l'article 10 du règlement d'administration publique pris en exécution des articles 4 et 55 de la loi du 21 mars 1947 sur la pêche;

Sur le rapport de Monsieur le Directeur de l'Administration des Eaux et Forêts;

Arrête:

Art. 1er.

A partir du 1er octobre 1956 l'Adminsitration des Eaux et Forêts déversera dans les rivières et ruisseaux énumérés ci-après:

A.

Sûre et Our luxembourgeoise,

par km de pêche 100 truitelles 2 étés.

B.

Attert, Eisch, Wiltz, Clerve (embouchure jusqu'à l'embouchure du Trottenerbach);

Ernz blanche (embouchure jusqu'au pont Schweinsbrucke);

Ernz noire (embouchure jusqu'au pont Blumenthal);

Mamer (embouchure jusqu'au pont à Mamer;)

Wark (embouchure jusqu'au pont à Oberfeulen);

Syre (embouchure jusqu'au pont à Olingen);

par km de pêche 80 truitelles 2 étés.

C. Grendel, Kackigt, Kierel, Pall et Trottenerbach, par km de pêche 60 truitelles 2 étés.
D. Tous les autres cours d'eau affectionnés par la truite, à l'exception des cours d'eau pollués, 50 truitelles 2 étés, par km de pêche.

Les truitelles seront remises aux locataires à l'endroit fixé par l'Administration des Eaux et Forêts au prix de 7, francs la pièce tous frais de transport compris.

Art. 2.

Le présent arrêté sera applicable à tous les cours d'eau affectionnés par la truite à l'exception de ceux ou des parties de cours d'eau où l'exercice de la pêche est interdit d'après l'article 20 de la loi du 21 mars 1947 sur la pêche.

Art. 3.

Monsieur le Directeur des Eaux et Forêts est chargé de l'exécution du présent arrêté qui sera publié au Mémorial.

Luxembourg, le 25 septembre 1956.

Pour le Ministre de l'Intérieur,

Le Ministre de l'Agriculture,

Emile Colling.


Retour
haut de page