Convention de Tampere sur la mise à disposition de ressources de télécommunication pour l’atténuation des effets des catastrophes et pour les opérations de secours en cas de catastrophe, faite à Tampere, le 18 juin 1998 - Adhésion et entrée en vigueur à l’égard du Luxembourg; réserve du Luxembourg; liste des Etats liés; déclarations et réserves.

Adapter la taille du texte :

Convention de Tampere sur la mise à disposition de ressources de télécommunication pour l’atténuation des effets des catastrophes et pour les opérations de secours en cas de catastrophe, faite à Tampere, le 18 juin 1998. - Adhésion et entrée en vigueur à l’égard du Luxembourg; réserve du Luxembourg; liste des Etats liés; déclarations et réserves.

Le Luxembourg a adhéré à la Convention désignée ci-dessus, approuvée par la loi du 19 avril 2012 (Mémorial 2012, A, no 88, p. 1006 et ss) et l’instrument d’adhésion luxembourgeois a été déposé le 8 juin 2012 auprès du Secrétaire Général de l’Organisation des Nations Unies.

Conformément au paragraphe 4 de son article 12, la Convention est entrée en vigueur pour le Luxembourg le 8 juillet 2012.

Conformément à son article 14, le Luxembourg a effectué le 8 juin 2012 la réserve suivante:

«Dans la mesure où certaines dispositions de la Convention de Tampere sur la mise à disposition de ressources de télécommunication pour l’atténuation des effets de catastrophes et pour les opérations de secours en cas de catastrophe appartiennent au domaine de responsabilité de l’Union européenne, la mise en œuvre de la Convention par le Grand-Duché de Luxembourg devra se faire en accord avec les procédures de l’Union.»

(Liste des Etats liés

Déclarations et Réserves)

Etat

Signature définitive (s)

Ratification Acceptation (A),

Adhésion (a),

Argentine

05.07.2007

Arménie

25.03.2008

a

Barbade

25.07.2003

a

Belgique

02.07.2010

a

Bulgarie

20.06.2000

Canada

18.05.2001

Chypre

14.07.2000

Colombie

12.06.2008

a

Danemark

02.06.2003

Dominique

26.12.2000

a

El Salvador

18.04.2002

Espagne

27.02.2006

a

Finlande

01.04.1999

A

France

06.08.2009

a

Guinée

08.10.2002

a

Hongrie

07.04.2004

Inde

29.11.1999

Irlande

16.08.2007

a

Islande

13.05.2011

Kenya

12.02.2003

Koweït

13.06.2002

Liban

27.01.2006

Libéria

16.09.2005

a

Liechtenstein

08.06.2004

a

Lituanie

09.12.2004

a

Luxembourg

08.06.2012

a

Maroc

11.03.2003

Monténégro

21.07.2010

a

Nicaragua

18.11.1999

Oman

16.04.2003

Ouganda

05.09.2002

Pakistan

30.01.2009

a

Panama

05.03.2003

Pays-Bas

06.07.2001

A

Pérou

27.10.2003

République tchèque

17.06.2003

Roumanie

17.11.2005

Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord

18.06.2003

s

St-Vincent-et-les-Grenadines

14.08.2003

a

Slovaquie

06.02.2001

Sri Lanka

13.10.1999

Suède

13.09.2004

Suisse

24.04.2002

Tonga

08.05.2003

a

Uruguay

19.04.2012

Venezuela (République bolivarienne du)

13.05.2005

Déclarations et Réserves

(En l’absence d’indication précédant le texte, la date de réception est celle de la ratification,

de l’acceptation, de l’approbation ou de l’adhésion)

Colombie

Réserve:

Le Gouvernement de la République de Colombie formule une réserve quant aux termes du paragraphe 3 de l’article 11 par le biais de laquelle la République de Colombie ne se considère pas comme liée par l’une ou l’autre des procédures de règlement des différends susvisées.

Danemark

Déclaration:

En relation avec la ratification par le Danemark de la Convention de Tampere sur la mise à disposition de ressources de télécommunication pour l’atténuation des effets des catastrophes et pour les opérations de secours en cas de catastrophe (la «Convention»), le Danemark déclare que dans la mesure où certaines des dispositions de la Convention ressortissent au domaine de responsabilité de la Communauté européenne, la pleine application de la Convention par le Danemark doit se faire conformément aux procédures de cette organisation internationale.

Espagne

Réserve:

Dans la mesure où certaines dispositions de la Convention de Tampere sur la mise à disposition de ressources de télécommunication pour l’atténuation des effets des catastrophes et pour les opérations de secours en cas de catastrophe ressortissent au domaine de responsabilité de la Communauté européenne, l’Espagne ne peut appliquer ces décisions. Pour ce faire, les Communautés européennes doivent être parties à la Convention.

Irlande

Réserve:

Dans la mesure où certaines dispositions de la Convention de Tampere sur la mise à disposition de ressources de télécommunication pour l’atténuation des effets des catastrophes et pour les opérations de secours en cas de catastrophe (la «Convention») ressortissent au domaine de responsabilité de la Communauté européenne, la pleine application de la Convention par l’Irlande doit se faire conformément aux procédures de cette organisation internationale.

Luxembourg

Réserve:

Dans la mesure où certaines dispositions de la Convention de Tampere sur la mise à disposition de ressources de télécommunication pour l’atténuation des effets des catastrophes et pour les opérations de secours en cas de catastrophe appartiennent au domaine de responsabilité de l’Union européenne, la mise en œuvre de la Convention par le Grand-Duché de Luxembourg devra se faire en accord avec les procédures de l’Union.

Monténégro

Réserve:

Conformément à l’article 14 de la Convention de Tampere sur la mise à disposition de ressources de télécommunication pour l’atténuation des effets des catastrophes et pour les opérations de secours en cas de catastrophe, adoptée à Tampere le 18 juin 1998, le Gouvernement monténégrin déclare que ladite convention ne s’appliquera qu’avec la réserve suivante:

Dans la mesure où certaines dispositions de la Convention de Tampere sur la mise à disposition de ressources de télécommunication pour l’atténuation des effets des catastrophes et pour les opérations de secours en cas de catastrophe concernent les domaines relevant de l’autorité de la Communauté européenne, l’application intégrale de ladite convention par le Monténégro devra se faire dans le respect des procédures communautaires.

Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord

Réserve:

Dans la mesure où certaines dispositions de la Convention de Tampere sur la mise à disposition de ressources de télécommunication pour l’atténuation des effets des catastrophes et pour les opérations de secours en cas de catastrophe (la «Convention») ressortissent au domaine de responsabilité de la Communauté européenne, la pleine application de la Convention par le Royaume-Uni doit se faire conformément aux procédures de cette organisation internationale.

Suède

Déclaration faite lors de la signature et confirmée lors de la ratification:

Dans la mesure où certaines dispositions de la Convention de Tampere sur la mise à disposition de ressources de télécommunication pour l’atténuation des effets des catastrophes et pour les opérations de secours en cas de catastrophe ressortissent au domaine de responsabilité de la Communauté européenne, la pleine application de la Convention par la Suède doit se faire conformément aux procédures de cette organisation internationale.

Venezuela (République bolivarienne du)

Réserve faite lors de la signature:

La République bolivarienne du Venezuela, conformément aux dispositions du paragraphe 6 de l’article 11 de la Convention de Tampere sur la mise à disposition de ressources de télécommunication pour l’atténuation des effets des catastrophes et pour les opérations de secours en cas de catastrophe (ICET-98), formule une réserve expresse quant aux termes du paragraphe 3 dudit article. Elle ne se considère donc pas tenue de recourir à l’arbitrage comme moyen de règlement des différends et ne reconnaît pas la compétence obligatoire de la Cour internationale de Justice.

Réserve faite lors de la ratification:

Conformément aux dispositions du paragraphe 1 de l’article 14 de la Convention de Tampere sur la mise à disposition de ressources de télécommunication pour l’atténuation des effets des catastrophes et pour les opérations de secour en cas de catastrophe, la République bolivarienne du Venezuela formule une réserve expresse quant aux termes du paragraphe 3 et 4 de l’article 11. En conséquence, elle ne se considère pas tenue de recourir à l’arbitrage comme moyen de règlement des différends et ne reconnaît pas la compétence obligatoire de la Cour internationale de Justice.


Retour
haut de page